Promotion 2002-2003

Promotion « Jean DERRUPPE »

 

Promotion 2002 2003

Présentation:

Les élèves du DESS de Droit Notarial de Bordeaux IV ont souhaité rendre hommage à un grand professeur, aimé et respecté par ses étudiants, en baptisant la promotion 2002/2003 : «Jean Derruppé».

Descendant d’une longue lignée de notaires, Jean Derruppé est né le 24 août 1925 à Sauzet, dans le département du Lot. Arrière-petit-fils, petit-fils, fils et frère de notaire, il a fait ses études à la Faculté de droit de Toulouse. Sa thèse, soutenue en 1951, constituera le socle de toutes les constructions juridiques ultérieures concernant les rapports locatifs : «la nature juridique du droit du preneur à bail et la distinction des droits réels et des droits de créance ».

Après un court passage au Parquet de la cour d’appel de Toulouse (1946-1948), Jean Derruppé obtiendra une charge de cours à la Faculté de droit de Bordeaux, où il enseigne en cette qualité jusqu’en 1957. Cette même année, il devient professeur agrégé, ayant réussi le concours d’agrégation de droit privé, en y obtenant la place de second. Depuis cette époque il n’a cessé d’enseigner à la Faculté de droit de Bordeaux, se spécialisant en droit commercial et en droit international privé.

Au cours de sa carrière bordelaise Jean Derruppé sera successivement Directeur de l’Institut des techniques économiques et comptables, Assesseur du Doyen, Directeur de l’UER de droit privé, créateur et Directeur du Centre d’études et de recherches pour l’utilisation de l’informatique juridique en droit privé, membre puis président du jury d’agrégation de droit privé, membre du Conseil national des Universités.

    Enfin, Jean Derruppé sera commandeur des Palmes académiques, chevalier de l’Ordre national du mérite et chevalier de la Légion d’honneur.

    Jean Derruppé est toujours resté fidèle à sa région et à son triangle fétiche Cahors-Toulouse-Bordeaux : c’était un homme de terroir. La netteté de son esprit n’avait d’égal que sa bienveillance, sa simplicité et sa cordialité. Ses études de doctrine et ses notes de jurisprudence ainsi que sa permanence de droit des affaires au CRIDON de Bordeaux-Toulouse vont gravement faire défaut aux praticiens du droit.

    Avec simplicité et clarté le professeur Derruppé savait organiser le droit positif, expliquer la jurisprudence, ordonner les règles, loin des théories fumeuses et des abstractions stériles. Avec modestie, il estimait ne pas devoir construire le droit à son idée, mais expliquer le droit construit par les juges et consolider leur bâtisse lorsqu’elle en avait besoin. De ces analyses, il a déduit la création de l’Association Notariat-Université, aujourd’hui structure incontournable dans les relations nationales entre le notariat et les facultés de droit.

    Il faisait ce que les praticiens attendent le l’université : expliquer les solutions, clarifier les raisonnements, assurer la cohérence de la construction juridique pour permettre la prévisibilité des décisions, avec bon sens et réalisme.

Le professeur Derruppé nous a quitté le 23 mai 2001.

 

 La promotion à la loupe:

 

Les commentaires sont fermés.